Chargement
© Oh 2019
L'habitat est surprenant

Les abribus connectés, voyager autrement

Demain c'est branché ##

Les Français passent en moyenne plus de 50% de leur temps de trajet sur leur téléphone portable, que ce soit pour surfer, aller sur les réseaux sociaux, lire la presse ou écouter de la musique. Dès lors, le mobilier urbain s’adapte aux nouvelles pratiques. À commencer par les abribus.

C’est une habitude universelle, quelle que soit la ville, quelle que soit l’heure, quelle que soit la destination. Quand on arrive à un arrêt de bus, on a tous le même réflexe : regarder son portable. Non pas pour se couper du monde mais parce que les smartphones ont révolutionné notre manière de consommer de la musique, de lire les informations, de consulter les réseaux sociaux, de jouer tout simplement, ou plus simplement encore, de s'occuper. Pour s’adapter à cette nouvelle génération de portables, de nombreuses grandes villes (Paris, Nantes) ont décidé de miser sur du mobilier urbain nouvelle génération, notamment via l’entreprise française JCDecaux, spécialiste du mobilier urbain et pionnier en la matière.

Évolution connectée

Il y a eu les vélos en libre service, les trottinettes électriques et, depuis plusieurs années, les abribus connectés. L’idée est simple, innovante et s’inscrit dans les nouvelles tendances éco-responsables que toutes les grandes agglomérations veulent adopter. D’un point de vue écologique, on retrouve beaucoup de modèles d’abribus équipés de panneaux photovoltaïques, ce qui permet de réduire la consommation électrique de 35%. Mais la réelle innovation concerne le dessein de ses points de rencontre. Généralement ils ont deux fonctions : abriter et donner les horaires. Là, on est sur un immense bond en matière d’innovation. Chaque abribus est équipé d’écrans tactiles intelligents qui peuvent avoir plusieurs fonctions.

S’inscrire dans l’environnement local immédiat

Naturellement, on retrouvera toutes les infos pratiques concernant le voyage : état du trafic en temps réel, horaire des bus, plans, informations sur les trajets, temps d’attente, passage du prochain bus, etc. Mais il y aura aussi la possibilité d’intégrer une fonction ludique dans chaque abribus à travers des applications à télécharger, des jeux, des quiz, des anecdotes historiques, une découverte du quartier via la diffusion d’images d’époque, une recherche d’itinéraire, la possibilité de consulter les petites annonces locales, de se renseigner sur les activités ou lieux à voir dans les parages... L’idée est d’avoir le bon contenu au bon moment, notamment pour les étrangers qui n’ont pas forcément un forfait data pour la France. D’ailleurs, histoire de briller à distance, il est même possible d’envoyer des cartes postales numériques. Tout ceci est alimenté par l’énergie solaire des panneaux photovoltaïques. Rien n’a été laissé au hasard puisque des prises pour chargeurs universels de portable sont également disponibles. De quoi permettre la recharge de son smartphone ou de sa tablette ainsi qu’une connexion Wifi gratuite, indispensable à l’ère de la smart city.

Au-delà du service, l’idée est d’optimiser le temps d’attente des voyageurs pour inciter les citoyens à découvrir le monde qui les entoure. Il est par exemple possible d’informer les gens, via les écrans, des différentes associations qui oeuvrent dans la zone géographique proche. Rassurez-vous, l’abribus conservera son utilité première, à savoir protéger les voyageurs des caprices de la météo. Mais cette protection sera désormais 2.0.